Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 16:27

 

La 17ème  conférence des Nations-Unies sur le changement climatique s’ouvre aujourd’hui  à Durban en Afrique du Sud dans une relative indifférence. Les représentants de plus de 190 pays se réunissent  pour un nouveau round de négociations de deux semaines (jusqu’au 9 décembre). L'objectif est de trouver les moyens de contenir le réchauffement climatique et de se préparer à ses conséquences.

Après Cancun, la conférence  de Durban va donc tenter de redonner  un cap aux négociations sur les changements climatiques et un avenir au protocole de Kyoto, dont la première période d’engagement s’achève en Décembre 2012, et pour lequel  les pays en développement réclament de nouveaux engagements de la part des pays industrialisés. Ce que refusent certains d’entre eux comme le Japon, la Russie et le Canada.

Une éventuelle prolongation  de Kyoto à Durban repose donc principalement sur l’Union Européenne qui  lie toutefois une telle décision à la rédaction d’une « feuille de route » posant les bases d’un futur cadre global dans lequel tous les pays auraient des engagements contraignants. La difficulté est de convaincre la Chine, l'Inde, ainsi que les Etats-Unis, paralysés par leur situation politique intérieure, d'accepter une telle "feuille de route".

L’Afrique quant à elle est  prête pour les négociations. C’est ce qu’ a déclaré la commissaire de l'Union africaine (UA) pour l'économie rurale et l'agriculture, Rhoda Peace Tumusiime. Mme Tumusiime a précisé que des préparatifs avaient été faits par la partie africaine pour ces discussions internationales. "L'assemblée des chefs d'Etat et de gouvernements a ordonné à la Commission de l'UA, en particulier au département de l'économie rurale et de l'agriculture, de soutenir le comité des chefs d'Etat qui est responsable de l'environnement et du changement climatique", a-t-elle affirmé. "Le département devrait soutenir les négociateurs africains pour mettre au point une position commune, et travailler avec les ministres responsables du changement climatique pour faire avancer les projets", a-t-elle estimé. Mme Tumusiime a également fait savoir que l'UA avait mis en place un pavillon en Afrique du Sud, avec lequel elle va lancer différentes activités et projets sur le changement climatique.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : A.J.A.P.E.
  • A.J.A.P.E.
  • : Rejoignez nous tous les mois pour suivre l'actualité environnementale en Afrique et dans le monde.
  • Contact

Recherche