Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 23:26


Les ministres et délégués de près de 200 pays jouaient les prolongations vendredi soir à Durban (Afrique du Sud) pour arracher un accord redonnant du souffle - et un calendrier - à la lutte contre le changement climatique.

Un projet de texte, âprement discuté derrière des portes closes, évoquant un "cadre légal applicable à tous" après 2020, a suscité de vives réactions en particulier chez les pays les plus vulnérables face à la montée du thermomètre. "Il est difficile pour nous d'accepter un nouveau processus qui s'achèvera en 2015 et qui ne sera pas opérationnel avant 2020 au plus tôt! ", a réagi Karl Hood, au nom des petits Etats insulaires, directement menacés par la montée du niveau des océans.

Entamées le 28 novembre, les négociations marathon, largement éclipsées par la crise de l'euro, devaient se poursuivre toute la nuit et très probablement samedi dans la journée. Un clash pourrait sonner le glas du protocole de Kyoto, seul traité juridiquement contraignant sur le climat, dont la première période d'engagement s'achève fin 2012 et qui revêt une forte charge symbolique pour les pays en développement.

Son effondrement serait un signal très négatif deux ans après le psychodrame du sommet de Copenhague. Pour Sunita Narain, qui dirige le Centre for Science and Environment, ONG indienne basé à New Dehli, "cette conférence montre vraiment que la méfiance est à son comble: entre les riches et les pauvres, entre l'UE et les BASIC (groupe des pays émergents qui regroupe le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Inde et la Chine), entre les Africains et l'UE, entre toutes les parties".

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : A.J.A.P.E.
  • A.J.A.P.E.
  • : Rejoignez nous tous les mois pour suivre l'actualité environnementale en Afrique et dans le monde.
  • Contact

Recherche