Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 12:16


Les résultats, de la conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques qui s'est terminée dans la nuit du 12 décembre 2008, ont été très mitigés voire décevants pour l'Afrique : celle-ci qui s'était présenté à Poznan avec sa contribution rédigée à la conférence d'Alger le 22 novembre 2008 (cf article précédent), n'a presque rien obtenue.

En effet si les participants se sont entendus sur un calendrier de négociation d’un nouvel accord en décembre 2009, et sur l’accès direct des pays en développement aux financements pour l’adaptation, par contre  aucune solution acceptable n’a été trouvée aux questions de financement, très importants pour les pays  Africains.

Si un fonds d’adaptation de 60 millions de dollars a bien été mis en place pour permettre aux pays en développement de faire face aux conséquences du réchauffement climatique (montée des eaux, inondations, sécheresse, désertification…), on est cependant extrêmement loin des espérances de ces derniers.

Selon ces pays, ce sont des dizaines de milliards de dollars qui seraient nécessaires pour contrer la montée du niveau des mers et pallier aux problèmes de sécheresse et de désertification par exemple.

Par ailleurs, les pays en développement n’ont pas  non plus obtenu la taxe de 2% qu’ils demandaient sur toutes les transactions du marché de carbone, consistant en un système d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre, dont le Co2. Cette demande a été remise à plus tard par les pays développés entrainés par l’Union Européenne.

Enfin, il convient de noter que la question de la protection des forêts, très importante pour les pays africains et autres pays en développement, n’a aussi que très peu progressé à Poznan.

En conclusion, du point de vue des pays en développement  en général et Africains en particulier, le bilan de la conférence de Poznan est globalement négatif.
Gageons donc que dans les prochaines négociations prévues , des progrès substantiels permettront d’aboutir en décembre 2009 à Copenhague, à un accord équilibré qui prenne vraiment en compte les revendications et propositions des pays Africains, principales victimes de la crise climatique dont ils sont très loin d’être responsables.

O.H.A.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : A.J.A.P.E.
  • A.J.A.P.E.
  • : Rejoignez nous tous les mois pour suivre l'actualité environnementale en Afrique et dans le monde.
  • Contact

Recherche