Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 15:18

La planète est malade et sa guérison semble de plus en plus incertaine. La pression exercée par l'Humanité sur les écosystèmes est telle qu'il nous faut chaque année l'équivalent d'une Terre et demie pour satisfaire nos besoins en ressources naturelles, tandis que le déclin de la biodiversité est sans précédent. Ce sont les conclusions alarmantes du Fonds pour la nature (WWF), rapportées dans la dixième édition de son rapport « Planète Vivante », le bilan de santé le plus complet de la Terre.

Selon ce rapport biannuel, réalisé avec la société savante Zoological Society of London et les ONG Global Footprint Network et Water Footprint Network et présenté à l'Unesco mardi 30 septembre, entre 1970 et 2010, l'indice «Planète Vivante» - qui mesure l'évolution de 10 380 populations de 3038 espèces de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons - a chuté de 52 %. Autrement dit, la taille de ces populations a fondu de moitié en moins de deux générations.

D'une manière générale, les principales menaces pesant sur les espèces sauvages restent la disparition et la dégradation de leurs habitats (du fait de la déforestation, de l'urbanisation ou encore de l'agriculture), la chasse et la pêche (intentionnelle, à des fins alimentaires ou sportives, ou accidentelle comme les prises accessoires), ainsi que la pollution et le changement climatique dont les effets devraient être de plus en plus forts.

En Afrique par exemple, l’aire de répartition de l’éléphant ne représentait déjà plus en 1984 qu’environ 7% de son aire historique. Et dans cette portion congrue, à cause du braconnage, le nombre d’éléphants s’est effondré de 60% entre 2002 et 2011.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : A.J.A.P.E.
  • A.J.A.P.E.
  • : Rejoignez nous tous les mois pour suivre l'actualité environnementale en Afrique et dans le monde.
  • Contact

Recherche